Les travailleurs du secteur des soins sont des gens un peu spéciaux. Avec des tonnes de patience, des nerfs d’acier et des trésors de compréhension, ils s’investissent jour après jour pour aider les gens. Même chose au centre Levenslust à Lennik : 300 prestataires de soins passionnés y travaillent pour aider les jeunes souffrant de difficultés d’apprentissage, de problèmes comportementaux et d’autisme. L’ex-femme politique Else De Wachter est celle qui en assure le bon fonctionnement. « L’énergie avec laquelle nos jeunes se relèvent après chaque revers de fortune : il y a beaucoup de leçons à en tirer. »

C’est presque la fin de l’année à Levenslust. Else De Wachter nous accorde un entretien entre toutes les actions organisées pour ‘De Warmste Week’ et les préparatifs pour les fêtes. Elle a un jour encore siégé au Parlement flamand, avant de changer de carrière et d’opter pour un emploi dans le secteur où elle savait que se trouvait sa vocation : les soins. En tant que directrice, elle dirige aujourd’hui trois départements au sein de Levenslust : une école pour l’enseignement primaire spécial, une école pour l’enseignement secondaire spécial et le Centre Multifonctionnel (l’ancien internat). Une tâche difficile, mais elle y parvient admirablement.

« Au départ, je ne viens pas du tout du secteur des soins, j’étais active dans le domaine de la politique nationale, » raconte-t-elle. « Mais j’étais déjà fort en contact avec ce secteur dans le cadre de mon travail. Nous nous occupions déjà, au Parlement flamand, de l’aide sociale à la jeunesse, et c’est cela qui est à l’origine de la suite de ma carrière. J’ai ainsi écrit conjointement avec John Crombez le livre ‘Kansen voor kinderen’, qui découlait de notre passion pour les jeunes et les enfants qui rencontrent des difficultés dans la société. »

Les soins à long terme

L’ASBL Levenslust accueille des jeunes de 6 à 25 ans. Quelle que soit la situation dans laquelle ils se trouvent, ils reçoivent de l’aide et sont préparés pour pouvoir faire face au monde d’aujourd’hui.

« Il est important de travailler avec les enfants et les jeunes sur le long terme. »

Une tâche difficile, car il faut sans cesse chercher un équilibre entre les nombreux changements dans le secteur et la possibilité de continuer à offrir des soins de qualité, même après leur 18e anniversaire. Else considère ce dernier point comme tout à fait crucial. « Il est important de travailler avec les enfants et les jeunes sur le long terme. Leur montrer la porte dès qu’ils ont presque atteint l’âge adulte n’apporte rien. Nous sommes connus pour ne pas abandonner facilement, même en cas de situations multi-problématiques. »

Une telle approche exige beaucoup d’une organisation telle que Levenslust. « Nous demandons un grand engagement de la part de nos collaborateurs, c’est vrai. Il faut beaucoup de moyens, beaucoup d’investissements et aussi surtout beaucoup de flexibilité de la part de nos collaborateurs pour rendre tout cela possible. Mais nous avons fermement foi en notre mission : ne laisser tomber aucun jeune dès qu’il atteint l’âge de 18 ans. »

N’est-ce pas l’âge officiel du passage à l’âge adulte ? « En effet, » poursuit Else. « Mais les gens ne se rendent pas compte que ces jeunes n’ont souvent pas le luxe de pouvoir poser des questions importantes à leurs parents ou à leur famille. Ils sont seuls face à des décisions et des problèmes cruciaux. Nous voulons permettre à nos jeunes de faire face et les aider dans certaines phases importantes de la vie, comme la recherche d’un logement, par exemple. »
« Il peut bien entendu arriver que le jeune en ait assez à ses 18 ans. Il est alors libre de partir de son côté. Pour ceux qui ne sont pas encore prêts à se lancer seuls, nous offrons accueil, conseils et soutien. Cela demande un énorme investissement, non seulement financier, mais aussi humain. »

Ecole d’apprentissage

À l’aube de cette nouvelle année, nombreux sont ceux qui auront déjà réfléchi à leurs bonnes résolutions. Les jeunes de Levenslust peuvent servir d’inspiration à cet égard. Car ils ont, selon Else, beaucoup à nous apprendre. « La plupart de nos jeunes ont déjà tout un passé derrière eux lorsqu’ils arrivent ici. Ils doivent apprendre à être plus forts face aux aléas de la vie, ce qui est plutôt contradictoire étant donné qu’ils ont déjà vécu toute cette négativité. »

« Il y a des gens qui doivent lutter jour après jour pour leur place dans la société. »

Ce que nous pouvons apprendre d’eux ? « Ils trouvent chaque jour la force de continuer, même lorsque les choses vont mal, » poursuit Else. « Leur sens des réalités est tout aussi admirable, et ils font également preuve d’une grande flexibilité. » Des qualités qui découlent souvent du fait qu’ils ont un jour été livrés à eux-mêmes. « Nous n’en avons souvent pas conscience, mais il y a des gens qui doivent lutter jour après jour pour leur place dans la société. Cette persévérance est très précieuse. »

Team building

« L’aide financière de BlueGround est plus que bienvenue, » précise Else. « Nous recevons de l’aide du monde des entreprises, mais chaque petit geste est bon à prendre pour relever les défis auxquels nous faisons face. »
Levenslust conclut toutes sortes de collaborations avec des entreprises. Il est possible d’apporter une aide financière, mais aussi de mettre une collaboration active sur pied, comme un team building dans le cadre duquel les travailleurs de l’entreprise se rendent utiles pour aider les jeunes. Ces expériences sur le terrain laissent de fortes impressions.

« Cela fait chaud au cœur de voir le nombre de personnes qui veulent apporter leur aide à Levenslust. »

« On nous demande souvent s’il est possible de s’investir bénévolement pour notre organisation le soir ou pendant le week-end, » poursuit Else. « Un grand groupe qui vient peindre les chambres ou entretenir le jardin, c’est un véritable coup de pouce pour nos collaborateurs. Quand il y a tant de monde, on peut faire beaucoup en peu de temps. Ce dynamisme se transmet aux personnes qui s’investissent chaque jour depuis des années pour nos jeunes. »
Levenslust participe également à ‘De Warmste Week’. « Il y a énormément d’actions cette année. Cela fait chaud au cœur de voir le nombre de personnes qui veulent apporter leur aide à Levenslust. Ce nombre grossit également chaque année, et nous entrons en contact avec des amis, des connaissances et des sympathisants qui veulent signifier quelque chose pour nous. De telles actions nous donnent le courage de continuer. »

Vous souhaitez soutenir l’ASBL Levenslust en tant que particulier ou entreprise, ou vous aimeriez simplement en savoir plus sur le fonctionnement du centre ? Jetez un œil sur le site web ou appelez le 02 568 11 00.